Comment préparer et protéger votre héritage numérique | WeLiveSecurity

Comment préparer et protéger votre héritage numérique

Il n'est jamais trop tôt pour prévoir ce qu'il adviendra de votre présence numérique après votre décès.

Il n’est jamais trop tôt pour prévoir ce qu’il adviendra de votre présence numérique après votre décès.

 

 

Tony Anscombe

Pardonnez-moi d’écrire sur ce qui peut sembler, à première vue, être un sujet sensible, alors que dans de nombreuses régions du monde, la lutte contre la pandémie de COVID-19 perdure.

Comme beaucoup de gens, j’utilise l’internet au quotidien et d’une manière qui fait que mes mondes en ligne et hors ligne sont liés. Les événements récents m’ont poussé à réfléchir à la planification de mon héritage numérique. Ainsi, si quelque chose d’inattendu m’arrive, mes proches n’auront pas le fardeau de gérer mon héritage digital.

Les éléments importants d’une héritage numérique peuvent comprendre, entre autres, des comptes financiers, des photos de famille, des collections de musique et des listes de lecture, ainsi que des médias sociaux et des comptes de courrier électronique. Certains fournisseurs de services peuvent proposer un large éventail de services. Par exemple, Google peut fournir des services de messagerie électronique, de photos et de stockage dans le nuage, alors que Spotify peut stocker vos listes de lecture préférées. L’accès aux données ou la gestion des comptes en ligne peut être important à la fois à court terme, pour informer les gens d’une situation, et à long terme, pour s’assurer qu’aucune donnée importante dont ont besoin ceux que vous laissez derrière vous n’est perdue. Si, comme dans ma situation, vous stockez des documents importants et des photos de famille dans le nuage, lorsque vous passez, d’autres personnes peuvent avoir besoin d’y accéder, et éventuellement de gérer ce stockage afin que les choses puissent être traitées et que les souvenirs saisis dans les photos soient préservés.

Je n’ai jamais été un fervent utilisateur d’applications de médias sociaux autres que LinkedIn et Twitter, et ce, uniquement à des fins professionnelles. Ainsi, mon empreinte peut être beaucoup plus légère que celle de l’utilisateur type. Cependant, j’ai un compte relativement inutilisé sur Facebook et Instagram, il y a donc des considérations à prendre en compte pour s’assurer que ces comptes soient disposés adéquatement. L’une des principales considérations est de savoir si vous souhaitez que vos profils sur les médias sociaux soient mémorisés ou supprimés, ou si vous souhaitez laisser cette décision à d’autres après votre décès. Les actions suggérées ci-dessous ne couvrent peut-être pas tous les services ou comptes, mais elles devraient constituer un bon point de départ pour effectuer les préparatifs nécessaires afin de garantir la pérennité de vos données, l’accès des proches ou le respect de votre droit à l’oubli.

Mettre de l’ordre dans vos affaires numériques

Désigner un exécuteur testamentaire numérique; l’idée surprend à première vue. Il est pourtant courant de désigner un exécuteur testamentaire, une personne de confiance qui s’occupe des biens, des finances et des actifs et qui les distribue selon vos souhaits. Dans le monde d’aujourd’hui, vous pouvez également avoir besoin d’un exécuteur testamentaire numérique pour prendre en charge et gérer votre héritage numérique, c’est-à-dire pour supprimer, convertir, télécharger et gérer les comptes et les profils. De la même manière que vous dressez la liste des biens financiers importants, vous pouvez dresser la liste des biens numériques et indiquer vos instructions spécifiques pour chacun d’entre eux, afin d’éviter toute confusion ou tout désaccord entre les personnes que vous laissez derrière vous. Actuellement, tous les États ou pays ne reconnaissent pas le statut juridique de l’exécuteur testamentaire numérique, mais il démontre les souhaits précis du défunt et serait, espérons-le, respecté par les entreprises lorsque la loi le permet.

Dans certains cas, il peut être impératif de confier à une personne les informations nécessaires pour accéder à un service ou à des données. Par exemple, si vous détenez un portefeuille de cryptomonnaie, il serait difficile, voire impossible, pour l’exécuteur testamentaire ou un bénéficiaire de votre succession d’y accéder sans connaître la clé privée personnelle. Coin Metrics estime qu’au moins 1,5 million de bitcoins sont supposés perdus pour diverses raisons, dont le décès, ce qui équivaut à plus de 16 milliards de dollars US dans une seule monnaie de cryptologie. Il n’est pas recommandé de conserver les détails de la clé privée dans un testament, car celle-ci peut devenir un document public après le décès. Que vous partagiez les mots de passe et le code PIN avec un proche, que vous les écriviez et les conserviez dans un coffre-fort, ou que vous distribuiez différentes parties de la clé à un groupe d’amis : il est clair que vous devez vous préparer à l’avance afin que tout bien détenu en cryptomonnaie puisse être transmis.

Une autre option consiste à utiliser un gestionnaire de mots de passe pour créer un référentiel unique où sont stockées les références des comptes. Cette option présente l’avantage de permettre de générer des mots de passe extrêmement complexes (et donc sûrs), puisque vous n’avez plus à les mémoriser tous. Il suffit de retenir un seul mot de passe, très fort, pour déverrouiller le gestionnaire de mots de passe. C’est également une protection contre les enregistreurs de frappe, car ils ne peuvent pas surveiller ce qui n’est pas tapé. Certains gestionnaires de mots de passe comprennent diverses options, notamment la création d’un plan familial, d’un coffre-fort de fichiers offrant à chaque utilisateur un endroit sûr pour stocker des documents et des informations importantes et diverses options de récupération du mot de passe en cas de besoin.

La plupart des prestataires de services ont des points communs en ce qui concerne les documents qu’ils exigent lorsqu’ils notifient le décès d’une personne; pour le demandeur, il peut s’agir d’une procuration, d’un certificat de naissance, d’un testament ou d’une lettre de succession. Des documents officiels validant le décès, tels qu’un certificat de décès ou un lien avec une notice nécrologique, devront également être présentés. Vous trouverez ci-dessous quelques exemples d’informations requises et d’options offertes par certains des services les plus populaires, ainsi que quelques liens utiles.

  • Facebook vous permet de désigner un contact pour l’héritage ; cela donne à la personne désignée la possibilité de commémorer le compte et de publier un message final. Ce contact peut également supprimer tout message d’hommage indésirable, retirer les tags, répondre aux demandes d’amis, demander la suppression du compte, etc. Attention toutefois, car il peut également voir tous les messages que vous avez envoyés, même s’ils sont inscrits sous le paramètre de confidentialité « Seulement moi ». Les instructions pour assigner un ancien contact sur Facebook se trouvent ici. L’autre option consiste à demander la suppression du compte – notez cependant qu’une fois supprimé, l’accès ne peut jamais être retrouvé ; les détails pour faire une demande de suppression se trouvent ici.
  • Curieusement, Instagram, qui est la propriété de Facebook, ne vous permet pas de désigner un ancien contact. Le compte peut être transformé en compte commémoratif ou supprimé à l’aide de formulaires en ligne distincts qui doivent être remplis et qui incluent la nécessité de fournir une preuve de décès, comme un certificat de décès. Si la demande de suppression du compte doit être faite par un membre de la famille immédiate, celui-ci devra fournir une preuve de son lien de parenté et de son autorité. Bien que les directives ne précisent pas qu’un exécuteur numérique peut soumettre cette instruction, j’espère que ce privilège lui sera accordé; cela peut dépendre de la législation locale reconnaissant ce statut.
  • Google adopte une approche différente et utilise un gestionnaire de compte inactif (Inactive Account Manager).La valeur par défaut est fixée à trois mois avec notification au titulaire du compte un mois avant par SMS à un numéro de téléphone préenregistré et un courriel. La période d’attente d’inactivité peut être fixée à 3, 6, 12 ou 18 mois, ce qui étend également la période de notification jusqu’à trois mois avant. L’étape suivante consiste à choisir qui notifier si vous n’avez pas répondu une fois la période d’inactivité atteinte et à décider à quelles données et à quels services leur donner accès ; la liste est longue. La personne désignée sera notifiée par courrier électronique et son identité sera validée par une authentification multifactorielle au moyen d’un numéro de téléphone prédéfini. Elle aura alors la possibilité de télécharger une copie des données sélectionnées. La dernière étape consiste à décider si les comptes doivent être supprimés, y compris les contenus publics tels que les vidéos de YouTube. Le gestionnaire de compte inactif offre de nombreuses options et est le plus complet que j’ai pu observer lors de la rédaction de ce blog.
  • LinkedIn offre la possibilité de supprimer un compte en le signalant et en fournissant des preuves documentées similaires à celles d’Instagram. Il est amusant de constater que l’une des informations requises est l’employeur le plus récent, qui figurerait probablement sur le profil public LinkedIn du défunt.
  • Twitter fournit ce formulaire de désactivation de compte.
  • Snapchat ne propose que la suppression de compte via ce formulaire.

C’est un sujet délicat, surtout en période de pandémie, et j’en suis conscient. J’espère que cet article vous incitera à envisager de prendre des mesures pour établir un plan, nommer un exécuteur testamentaire numérique, présélectionner les contacts d’héritage et d’inactivité ou discuter avec l’avocat de la famille. Bien que ce soit un sujet sensible, une discussion directe avec les membres de la famille, les amis proches ou les collègues peut s’avérer être la ligne de conduite la plus efficace. L’important est de faire quelque chose plutôt que de ne rien faire.

Infolettre

Discussion