Dark HunTOR: 150 arrestations et 26 millions d’Euros saisis dans une vaste opération sur le dark web

Le coup de filet de la police s'est déroulé sur trois continents et a impliqué des opérations de répression dans neuf pays.

Le coup de filet de la police s’est déroulé sur trois continents et a impliqué des opérations de répression dans neuf pays.

Les forces de l’ordre d’Europe, des États-Unis et d’Australie ont fait équipe pour arrêter quelque 150 personnes soupçonnées d’avoir vendu et acheté des drogues illégales et d’autres biens illicites sur le dark web.

« Plus de 26,7 millions d’euros (31 millions de dollars US) en espèces et en monnaies virtuelles ont été saisis lors de cette opération, ainsi que 234 kg de drogues et 45 armes à feu. Les drogues saisies comprennent 152 kg d’amphétamine, 27 kg d’opioïdes et plus de 25 000 pilules d’ecstasy », souligne Europol.

La saisie internationale, baptisée Dark HunTOR (peut-être un jeu de mots comprenant les termes « hunter » qui signifie chasseur, et du nom du navigateur anonyme Tor), a consisté en une série d’opérations distinctes mais complémentaires menées en Australie, en Bulgarie, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Suisse, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Europol et Eurojust – les agences policières et judiciaires de l’Union européenne, respectivement – étaient responsables des efforts de coordination.

Ces arrestations s’appuient sur le succès de l’opération DisrupTor, l’année dernière, et sur le démantèlement de DarkMarket en janvier, la plus grande place de marché illicite du darknet de l’époque. À l’époque, les services répressifs allemands avaient appréhendé l’opérateur présumé de DarkMarket et saisi l’infrastructure informatique du bazar, ce qui avait permis à d’autres services répressifs du monde entier de recueillir des montagnes de preuves.

Le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3) d’Europol a utilisé ces informations pour identifier les principaux acteurs, ce qui a conduit à l’arrestation de pas moins de 150 personnes en Europe et aux États-Unis, incluant certaines « cibles de grande valeur ».

« L’opération Dark HunTor a permis d’éviter que d’innombrables vies soient perdues à cause de ce dangereux commerce de médicaments illicites et contrefaits, car une pilule peut tuer. Le ministère de la Justice, en collaboration avec nos partenaires internationaux, continuera à sévir contre les opioïdes de contrefaçon mortels achetés sur le Darknet », affirme Lisa Monaco, procureure générale adjointe des États-Unis, saluant le succès de l’opération.

Au cours de l’opération, les forces de l’ordre italiennes ont fermé deux autres bazars du Darknet. Le démantèlement des marchés virtuels DeepSea et Berlusconi, qui proposaient à elles deux plus de 100 000 offres de biens illégaux, a conduit à l’arrestation de quatre administrateurs et à la saisie de cryptomonnaies d’une valeur de 3,6 millions d’euros.

Vous envisagez d’acheter sur le dark web? Réfléchissez-y à deux fois

Si vous envisagez d’acheter des produits ou des services sur des marchés du dark net, peut-être par pure curiosité, sachez que vous risquez d’obtenir plus que ce que vous espériez. En effet, Interpol prévient que vous pourriez vous retrouver face à une arnaque l’infection de vos appareils par des logiciels malveillants.

Infolettre

Discussion