Journée de la protection des données: Conseils pour l’éducation à distance | WeLiveSecurity

Journée de la protection des données: Conseils pour l’éducation à distance

Alors que les écoles et les élèves continuent de faire face aux risques informatiques bien réels des classes virtuelles, nous partageons quelques conseils pour protéger les données et la vie privée des enfants.

Alors que les écoles et les élèves continuent de faire face aux risques informatiques bien réels des classes virtuelles, nous partageons quelques conseils pour protéger les données et la vie privée des enfants.

La pandémie COVID-19 est toujours là, les élèves et les étudiants continuant à travailler la plupart du temps à distance et à se concentrer sur leur éducation depuis les confins de leur maison. Bien qu’un autre semestre d’études à domicile ne soit pas ce que beaucoup d’enfants, de parents et d’enseignants attendaient avec impatience, ils font de leur mieux dans ces circonstances … ce qui est en soi un exploit admirable.

L’enseignement à distance présente sa propre série de défis, en particulier en ce qui concerne la protection des données, mais il n’est pas impossible de les relever en supposant que tout le monde s’y mette et fasse sa part. En cette Journée mondiale de la protection des données, connue en Europe sous le nom de JJournée de la protection des données, nous examinons certaines des manières dont les éducateurs et les parents peuvent faire d’une classe virtuelle un espace sécurisé qui protège la vie privée des enfants et leurs données.

Choisir les bons outils de travail

L’un des éléments clés de la réussite de l’enseignement à distance est le choix des outils appropriés pour l’enseignement et l’apprentissage en ligne. En gardant cela à l’esprit, les applications doivent respecter les règles de confidentialité et de sécurité nécessaires à la protection des données des étudiants. Cela signifie que lorsque vous choisissez la plateforme que vous utiliserez, il est préférable de vous appuyer sur des fournisseurs réputés qui ont un historique vérifiable et qui comprennent les besoins de votre établissement ; par exemple, Google Workspace, Microsoft Teams ou Zoom for Education sont toutes des plateformes largement utilisées dans l’enseignement à distance.

Sur ce point, les établissements peuvent envisager d’autres applications supplémentaires qu’ils souhaiteraient utiliser pour éduquer leurs étudiants, mais toutes les solutions ed-tech proposées ne sont pas adaptées. Avant d’opter pour une solution, vous devez vous renseigner sur la manière dont elle traite les données des utilisateurs, sur ses conditions d’utilisation et sa politique de confidentialité, et sur le fait qu’elle a été rigoureusement examinée ou même approuvée par les autorités. Dans le cas des États-Unis, les outils doivent être conformes au Family Educational Right and Privacy Act (FERPA) et au Children’s Online Privacy Protection Act (COPPA).

L’une des approches de l’enseignement à distance à éviter est celle des médias sociaux, car ces plateformes ne sont pas orientées vers l’enseignement et peuvent ouvrir une toute autre boîte de Pandore. En outre, certaines de ces plateformes peuvent ne pas être conformes aux normes de protection des données destinées aux enfants ; par ailleurs, un autre problème est que les utilisateurs doivent avoir au moins 13 ans pour créer un profil, en théorie du moins. Il faut également tenir compte des risques particuliers que présentent les médias sociaux, comme la cyberintimidation ou les prédateurs tapis dans l’ombre. Et n’oublions pas la quantité de données collectées pour la publicité ciblée.

Instaurer des mesures de protection des données et former le personnel

Bien que le choix des bonnes applications conformes aux réglementations sur la protection des données des enfants soit un bon début, les établissements d’enseignement doivent introduire des mesures et des politiques de protection de la vie privée solides qui leur soient propres. Ce devrait être le rôle des administrateurs informatiques qui décideront des applications et des programmes à utiliser en fonction des besoins des enseignants et des étudiants, ainsi que des exigences de sécurité.

LECTURE COMPLÉMENTAIRE : Inclure la cybersécurité dans la formation académique de base?

Les administrateurs devraient également s’attacher à créer un stockage sécurisé pour les données des étudiants, y compris leurs examens, leurs notes, en gros tout ce qui pourrait contenir tout type de données susceptibles d’être utilisées de manière abusive ou détournée. Une autre option qui mérite d’être envisagée est l’utilisation d’un réseau privé virtuel (VPN) pour ajouter une couche supplémentaire de sécurité lors de l’accès aux applications et aux données hébergées sur les serveurs de l’école. En outre, chaque membre du personnel devrait suivre une formation adéquate sur l’utilisation des applications et sur les options de confidentialité à activer pour empêcher toute fuite de données privées et toute intrusion d’étrangers dans les classes.

Sensibiliser les enfants aux réalités de l’internet

L’essentiel de l’éducation et de la socialisation se faisant en ligne en raison de la pandémie COVID-19, il est nécessaire d’enseigner aux enfants les compétences dont ils auront besoin pour rester en sécurité et respectueux lorsqu’ils interagissent avec d’autres personnes sur l’internet. Les parents et les enseignants devraient contribuer à démontrer les menaces que le monde en ligne fait peser sur les mineurs qui ne sont pas tout à fait capables de les gérer. Cela inclut le risque d’être exposé à des contenus inappropriés sur les médias sociaux et à la cyberintimidation.

Ce dernier point, en particulier, ne doit pas être pris à la légère : comme toutes les interactions se font en ligne, les enfants ne sont pas forcément conscients de la gravité de leur comportement s’ils participent eux-mêmes à des actes de cyberintimidation. En effet, l’effet de désinhibition numérique est un phénomène bien documenté, où les gens disent et font des choses en ligne qu’ils ne diraient pas dans la vie réelle et n’éprouvent que peu ou pas de remords pour leurs actes puisqu’ils ne peuvent pas en voir les effets. Il est donc essentiel d’expliquer aux enfants que les brimades, dans la vie réelle et en ligne, ont des conséquences et qu’ils doivent s’en tenir à l’écart.

LECTURE COMPLÉMENTAIRE: Navigation sécurisée en famille

Un autre aspect essentiel à enseigner aux enfants à l’ère du numérique est l’étiquette à respecter sur l’internet lorsqu’ils interagissent avec leurs pairs et leurs aînés. Cela implique d’être respectueux lorsqu’on commente, socialise ou même joue à des jeux vidéo – lorsqu’on joue en ligne, les émotions ont tendance à être fortes et un langage abusif est souvent utilisé. Safer Kids Online est une excellente source d’informations, en particulier pour les parents qui souhaitent adopter une approche plus pratique pour enseigner à la génération actuelle d’enfants connectés.

Impliquer les parents

En parlant de parents adoptant une approche plus pratique, ils devraient également être impliqués dans la mise en place des dispositifs et des applications que leur progéniture utilisera pour recevoir un enseignement à distance. S’il est vrai que les enfants d’aujourd’hui sont plus avertis en matière de technologie que ceux des générations précédentes, ils peuvent toujours faire des erreurs et télécharger une fausse version d’une application dont ils ont besoin et ainsi infester un ordinateur ou un autre appareil de logiciels malveillants. Toutefois, au lieu que les parents se contentent de télécharger eux-mêmes toutes les applications, ils pourraient faire participer leurs enfants et leur apprendre des habitudes de téléchargement sûres, ce qui pourrait les aider à long terme.

Bien que l’attitude des parents à l’égard du contrôle parental puisse varier, c’est une chose qu’il ne faut pas prendre à la légère, d’autant plus que les enfants passent encore plus de temps en ligne que jamais auparavant. En effet, outre leurs travaux scolaires, la vie sociale des enfants se limite souvent au monde en ligne, et puisque c’est le cas, il est probablement plus sûr de garder un œil sur les personnes avec lesquelles ils interagissent et sur la manière dont ils le font. Le FBI, par exemple, a averti que les enfants risquaient davantage de rencontrer différents types de criminels en ligne pendant la pandémie.

Conclusion

Si la pandémie finira par s’atténuer, l’enseignement à distance devrait rester en place d’une manière ou d’une autre. Que vous soyez parent, enseignant ou administrateur informatique, vous pouvez utiliser les conseils de cet article pour créer un environnement d’enseignement à distance plus sûr et encourager de solides habitudes de cybersécurité parmi votre personnel et vos élèves.

Pour en savoir plus sur les dangers auxquels sont confrontés les enfants en ligne et sur la façon dont la technologie peut les aider, consultez le site Safer Kids Online.

Infolettre

Discussion