Quand l’amour tourne au cauchemar : escroqueries sur les applications et les sites de rencontre en ligne | WeLiveSecurity

Quand l’amour tourne au cauchemar : escroqueries sur les applications et les sites de rencontre en ligne

Les escroqueries par le biais d'applications et de sites de rencontre en ligne sont un phénomène qui fait de nombreuses victimes dans le monde entier. Quelques exemples récents à travers le globe.

Les escroqueries par le biais d’applications et de sites de rencontre en ligne sont un phénomène qui fait de nombreuses victimes dans le monde entier. Quelques exemples récents à travers le globe.

L’acceptation sans préjugés des services de rencontre en ligne, tels que les applications et sites de rencontre, est un phénomène mondial. Selon les données de GlobalWebindex, en Amérique latine et dans la région Asie-Pacifique, le taux d’acceptation des applications et des sites de rencontre se situe entre 45 % et 46 %, tandis qu’aux États-Unis et en Europe, il se situe entre 28 % et 29%. Cependant, malgré la différence d’acceptation dans les différentes régions du monde, dans des pays comme les États-Unis, 30 % des internautes âgés de 18 à 29 ans utilisent une application ou un site de rencontre. En outre, les prévisions estiment que d’ici 2023, le nombre d’utilisateurs de sites de rencontre dans le monde entier sera de plus de 328 millions, dont 48,1 millions en Europe et 37,5 millions aux États-Unis seulement.

Actuellement, plus de 40 % des hommes célibataires ont utilisé une application ou un site de rencontre au cours du dernier mois, selon GlobalWebIndex. La réalité est qu’aujourd’hui il y a des douzaines d’applications de datation disponibles. Certains opèrent à l’échelle mondiale, tandis que d’autres ne travaillent que dans certains pays ou sont tout simplement mieux acceptés. Mais sans aucun doute, deux des applications les plus populaires parmi la grande offre qui existe sont Tinder et Happn, qui enregistrent plus de 50 millions d’utilisateurs chacun.

Cependant, alors que la popularité de ces applications ou sites de recontre ne se dément pas à travers le globe, elles ont aussi un côté obscur. Les escroqueries et les autres tromperies qui se produisent par le biais de ces services, un phénomène de plus en plus courant qui fait de nombreuses victimes.

Modes multiples de tromperie

Bien qu’il existe différents types d’escroqueries, dans la plupart des cas, les criminels qui les commettent étudient le profil de leurs victimes et recueillent des renseignements personnels, comme leur activité professionnelle, leur niveau de revenu ou leur mode de vie. Ainsi, comme nous l’avons mentionné lorsque nous avons parlé de surexposition aux réseaux sociaux et à ses risques, la mauvaise gestion de nos renseignements personnels à l’ère numérique permet aux criminels de dresser un profil assez détaillé de leur future victime.

L’une des modalités les plus courantes est celle du fraudeur qui manipule émotionnellement sa victime pour qu’elle lui envoie de l’argent, des cadeaux ou des renseignements personnels. Un autre type commun de tromperie est la sextorsion, qui commence généralement comme une relation normale entre deux personnes qui commencent à se connaître. Après un certain temps, l’escroc essaie de déplacer la conversation à l’extérieur la plate-forme de rencontre, comme, par exemple, à WhatsApp. Ici, le criminel incitera la victime à lui faire parvenir des photos ou des vidéos intimes, puis de lui faire du chantage.  Le mois dernier, aux États-Unis, le cas d’un homme victime d’une escroquerie de cette nature – ayant modus operandi similaire à celui signalé dans un cas au Chili en 2018 – s’est déroulé comme suit : après avoir rencontré la personne sur un site de rencontre en ligne et gagné sa confiance, l’escroc a demandé que des photos intimes soient envoyées.  Peu après leur envoi, la victime a reçu un message d’un homme qui prétendait être le père d’un mineur et a menacé de porter plainte contre lui pour avoir envoyé des images intimes à un mineur, à moins que je ne lui envoie deux cartes prépayées de 300 dollars chacune.  La victime, effrayée, a contacté la police et s’est fait dire que c’était une escroquerie.

Un autre type commun de tromperie est connu sous le nom de catfhishing, qui est défini comme une activité trompeuse dans laquelle un individu crée un faux profil sur les réseaux sociaux, les applications ou les pages pour rencontrer les autres. Cette tromperie peut avoir différents objectifs, qu’il s’agisse d’obtenir de l’argent, de compromettre la victime d’une autre manière ou simplement de l’importunier.

Les escroqueries en ligne : un phénomène mondial

En Australie, par exemple, en 2018, 3 981 cas d’escroquerie par le biais de réseaux sociaux, d’applications ou de sites Web ont été signalés, ce qui représente des pertes de plus de 24 millions de dollars australiens; et à ce jour, en 2019, un minimum de 349 cas de pertes équivalant à plus d’un million de dollars australiens ont été signalés, selon la Australian Competition and Consumer Commission.

Au Royaume-Uni, le National Fraud Intelligence Office a révélé qu’en 2017, toutes les trois heures, un cas de fraude dans le domaine des rencontres en ligne était signalé. Des données plus récentes sur la fraude par action ont révélé qu’en 2018 plus de 4 500 plaintes avaient été déposées pour fraude en ligne et que selon la BBC, 63 % des victimes étaient des femmes. Dans la plupart des cas, les escrocs demandent à leurs victimes un transfert d’argent dans le mois qui suit leur rencontre par le biais d’une application, d’un réseau social ou d’un site de rencontre.

Cas de différentes parties du monde qui ont été rapportés dans les médias

Ces dernières années, plusieurs cas d’escroqueries à travers le globe ont été mis en lumière par les médias, permettant de mieux faire connaître ce problème qui fait de nombreuses victimes dans le monde entier. L’un de ses cas a eu lieu en Espagne en 2017, lorsque le cas d’un escroc qui a passé 20 ans à tromper les gens sur Internet a été connu. Le délinquant avait l’habitude d’aller sur des sites de rencontre pour rencontrer des femmes et établir une relation sentimentale. Après avoir appris à les connaître personnellement et qu’il avoir établi une relation de confiance, il volait leur argent de diverses façons, avant de disparaître par la suite. Un autre cas qui s’est également produit en Espagne et qui a fait la une des journaux est celui du surnom de Roi de Tinder, après avoir été arrêté par la police en 2018. Avec un modus operandi similaire au précédent, ce criminel connaissait ses victimes grâce à des applications comme Tinder ou Meetic, et une fois qu’il gagnait leur confiance, il leur empruntait de l’argent, toujours sous prétexte de problèmes familiaux ou professionnels.

Récemment, au Canada, l’histoire d’un jeune homme qui a dépensé toutes ses économies pour rembourser les dettes générées par son père à la suite d’une arnaque romantique, a été révélée par les médias. Le père de ce jeune Canadien était un veuf de 67 ans qui est mort sans avoir été victime d’une arnaque de la part d’une femme présumée qu’il avait rencontrée sur le site de rencontre en ligne Match.com. Peu de temps après avoir amorcé une histoire d’amour virtuelle, la femme, qui était aussi censée venir du Canada, a commencé à demander de l’aide financière pour résoudre divers problèmes que l’escroc avait inventés. Ainsi, sur une période de huit mois, l’homme a secrètement effectué un total de 19 virements bancaires de plus de 730 000 dollars sur un compte en Malaisie. Comme elle l’explique dans un article publié dans le site Web canadien cbc.ca, le fraudeur – ou les responsables de la tromperie – avait formé l’homme pour que toute question posée par la banque sache quoi répondre afin de ne pas soulever de soupçons.

Ce type d’arnaques a également atteint l’Amérique latine. En 2017, en Argentine, les médias ont traité d’une forme de criminalité particulière à avoir touché le pays, soit l’arnaque à travers l’application Tinder. Après enquête journalistique, ils ont expliqué que le même modus operandi a été rapporté dans plusieurs cas : une personne est contactée par une autre via l’application, prétendant chercher une relation sérieuse, bien qu’elle habite à des milliers de kilomètres de là. L’individu envoyait des photos trouvées sur Internet en prétendant qu’il s’agissait de lui. Par la suite, l’escroc demandait le numéro de téléphone de la victime pour communiquer en dehors de la plateforme. Après avoir finalement gagné la confiance de la personne trompée, le fraudeur prétend lui avoir envoyé un paquet avec un cadeau très cher, mais ayant été retenu en Malaisie et que pour arriver à destination, il devait payer 2000 dollars. Enfin, l’attaquant explique à sa victime les étapes à suivre pour effectuer le transfert, lui promettant que lorsqu’ils se rencontreront personnellement, il lui remettra la somme versée.

Comment vous protéger

Les utilisateurs d’applications et de sites de rencontre doivent garder à l’esprit que la possibilité d’être victime d’une arnaque est réelle et peut arriver à tout le monde. Ce dernier point est important, car en acceptant de devenir une victime potentielle, nous serons plus attentifs et capables de reconnaître à temps certains signes qui pourraient nous alerter que quelque chose de suspect est en train de se produire. Voici quelques recommandations à garder à l’esprit.

  • Si vous connaissez quelqu’un qui, après quelques contacts, commence à exprimer des sentiments très profonds à votre sujet et vous demande de continuer à discuter en dehors de l’application ou du site, soyez prudent. Une personne qui insiste pour quitter la plateforme sur laquelle vous vous êtes rencontrés devrait suffire pour être alerte.
  • Soyez méfiant si vous remarquez certaines incohérences entre ce que votre interlocuteur prétend et ce que vous voyez sur ses profils de réseaux sociaux.
  • Il est courant qu’après un certain temps (des semaines ou des mois) et après avoir établi une certaine confiance, la personne avec qui vous discutez vous raconte une histoire très bien ficelée qui se termine par une demande d’argent, d’envoi d’un cadeau ou quelque chose du genre. N’envoyez jamais d’argent à quelqu’un que vous n’avez pas rencontré personnellement.
  • Vous devriez aussi vous méfier de quelqu’un qui a toujours une excuse pour ne pas se voir personnellement.
  • Recherche sur le Web les images qu’il vous envoie ou qu’il utilise dans son compte pour corroborer qu’il est celui qu’il prétend être. De cette façon, vous serez en mesure de corroborer si les photos sont légitimes ou si vous les avez prises sur Internet. Vous pouvez utiliser Google Images o TinEye pour ce faire.
  • Ne partagez jamais avec la personne que vous rencontrez, surtout si vous ne la connaissez pas personnellement, des renseignements qui pourraient vous compromettre, comme des photos ou des vidéos.
  • Si vous décidez de rencontrer quelqu’un que vous avez rencontré en ligne, il n’est jamais trop mauvais de le dire à quelqu’un.

Discussion