WhatsApp retarde et clarifie la mise à jour de sa politique de confidentialité

Des millions de personnes affluent sur Signal and Telegram alors que WhatsApp s'efforce de répondre aux préoccupations des utilisateurs.

Des millions de personnes affluent sur Signal and Telegram alors que WhatsApp s’efforce de répondre aux préoccupations des utilisateurs.

Un peu plus d’une semaine après avoir annoncé des changements à sa politique de confidentialité et à ses conditions d’utilisation, WhatsApp reporte maintenant au 15 mai l’application de ses nouvelles règles de partage des données.

« Nous reculons maintenant la date à laquelle les personnes seront invitées à examiner et à accepter les conditions. Personne ne verra son compte suspendu ou supprimé le 8 février. Nous allons également faire beaucoup plus pour dissiper la désinformation sur le fonctionnement de la sécurité et du respect de la vie privée sur WhatsApp », peut-on lire sur le blog de l’entreprise.

En tout premier lieu, l’entreprise s’efforce de répondre aux principales préoccupations liées à ces nouvelles pratiques : « Cette mise à jour n’étend pas notre capacité à partager des données avec Facebook ».

En effet, l’annonce initiale a été accueillie avec certaines réticences, notamment en raison d’une formulation malheureuse qui a soulevé des questions parmi les utilisateurs sur les types de données qui seraient partagées avec la société mère de l’application de chat, Facebook.

Cela a également conduit WhatsApp à expliquer dans sa FAQ que la mise à jour ne donnera pas à WhatsApp ou à Facebook la possibilité de voir le contenu des messages ou d’écouter les appels des utilisateurs, ou de garder des journaux des personnes avec lesquelles les utilisateurs interagissent, entre autres choses.

« Avec ces mises à jour, rien de tout cela ne change. Au lieu de cela, la mise à jour inclut de nouvelles options que les gens auront pour envoyer des messages à une entreprise sur WhatsApp, et fournit une plus grande transparence sur la façon dont nous recueillons et utilisons les données. Bien que tout le monde ne fasse pas ses achats avec une entreprise sur WhatsApp aujourd’hui, nous pensons que davantage de personnes choisiront de le faire à l’avenir et il est important que les gens soient au courant de ces services. Cette mise à jour n’étend pas notre capacité à partager des données avec Facebook ».

La société a également précisé que les changements sont principalement axés sur la façon dont les entreprises utilisent l’application. Les changements comprennent des fonctionnalités optionnelles telles que la possibilité pour les entreprises d’utiliser les services d’hébergement sécurisé de Facebook pour les chats WhatsApp ou de permettre aux clients d’interagir avec les entreprises via WhatsApp en cliquant sur les publicités Facebook et Instagram.

LECTURES COMPLÉMENTAIRES : Nouvelle politique WhatsApp: plus de données partagées avec Facebook

La confusion entourant l’annonce précédente a eu quelques effets d’entraînement, avec des appels aux utilisateurs pour qu’ils abandonnent WhatsApp et passent à la concurrence. Signal, une plateforme de communication louée pour son souci de protection de la vie privée, est devenue l’une des applications les plus téléchargées sur Android et iOS; l’afflux de nouveaux utilisateurs a été si important qu’il a submergé les serveurs de l’association.

Alors que les sociétés d’analyse d’applications signalent des millions de téléchargements de la populaire application de messagerie, un porte-parole de Signal précise à CNET que les rapports sont sous-estimés : « Actuellement, je peux dire que toutes ces sociétés d’analyse d’applications sont très en dessous des chiffres rapportés par Signal parce que nous n’avons pas de trackers ou d’analyses comme les autres applications. » Le porte-parole a également ajouté que Signal ne partage pas ses chiffres publiquement.

Pendant ce temps, Telegram, un autre concurrent de WhatsApp, a également vu un afflux de nouveaux utilisateurs dépasser le cap des 500 millions d’utilisateurs actifs par mois au début du mois de janvier. Selon un post de Pavel Durov, l’un des fondateurs du messager, le service a vu 25 millions de nouveaux utilisateurs s’inscrire en 72 heures.

Infolettre

Discussion