ESET participe à une opération mondiale de perturbation ciblant Trickbot | WeLiveSecurity

ESET participe à une opération mondiale de perturbation ciblant Trickbot

Tout au long de sa participation, ESET a analysé des milliers d'échantillons malveillants chaque mois pour contribuer à cet effort.

Tout au long de sa participation, ESET a analysé des milliers d’échantillons malveillants chaque mois pour contribuer à cet effort.

ESET a collaboré avec ses partenaires Microsoft, Lumen’s Black Lotus Labs, NTT Ltd. et d’autres pour tenter de perturber les réseaux de zombies Trickbot. ESET a contribué au projet en fournissant une analyse technique, des informations statistiques, ainsi que des noms de domaine et des adresses IP connus de serveurs de commande et de contrôle.

Trickbot a infecté plus d’un million d’appareils informatiques dans le monde depuis la fin de 2016 et nous suivons ses activités depuis le début. Rien qu’en 2020, notre plateforme automatique a analysé plus de 125 000 échantillons malveillants et a téléchargé et déchiffré plus de 40 000 fichiers de configuration utilisés par les différents modules de Trickbot, ce qui nous donne un excellent point de vue sur les différents serveurs de commande et de contrôle utilisés par ce botnet.

Trickbot, un botnet ayant une grande longévité

Trickbot est depuis longtemps une nuisance majeure pour les internautes. La première détection de Trickbot par ESET a été créée fin 2016. Au cours de ces années, les compromis de Trickbot ont été régulièrement signalés, ce qui en fait l’un des plus grands et des plus anciens réseaux de zombies. Comme indiqué dans notre rapport sur les menaces au premier trimestre de 2020, Trickbot est l’une des familles de logiciels malveillants bancaires les plus répandues. Comme le montre la figure 1, les données de télémétrie d’ESET montrent que cette souche de logiciels malveillants représente une menace pour les internautes du monde entier.

Figure 1. Détections mondiales de Trickbot entre octobre 2019 et octobre 2020

Tout au long de son existence, le logiciel malveillant Trickbot a été distribué de différentes manières. Récemment, une chaîne que nous avons fréquemment observée est le dépôt de Trickbot sur des systèmes déjà compromis par Emotet, un autre grand botnet. Dans le passé, les logiciels malveillants Trickbot étaient surtout utilisés par leurs opérateurs comme des chevaux de Troie bancaires, qui volaient les références des comptes bancaires en ligne et essayaient d’effectuer des transferts frauduleux.

L’architecture modulaire de Trickbot lui permet d’exécuter un vaste éventail d’actions malveillantes à l’aide de divers plugins. Il peut voler toutes sortes d’informations d’identification sur un ordinateur compromis et, plus récemment, a été observé principalement comme un mécanisme de livraison pour des attaques plus dommageables, telles que les rançongiciels.

L’un des plus anciens plugins développés pour la plateforme permet à Trickbot d’utiliser des injections web, une technique permettant au logiciel malveillant de modifier dynamiquement ce que l’utilisateur d’un système compromis voit lorsqu’il visite des sites web spécifiques. Pour fonctionner, ce plugin s’appuie sur des fichiers de configuration téléchargés par le module principal. Ces fichiers contiennent des informations sur les sites web à modifier et sur la manière de le faire. La figure 2 montre un extrait d’un tel fichier de configuration déchiffré contenant les URL ciblées et les URL C&C malveillantes que le robot doit contacter lorsque la victime accède aux URL ciblées.

Figure 2. Extrait d’un fichier de configuration de dinj déchiffré (expurgé)

Grâce à notre surveillance des campagnes de Trickbot, nous avons recueilli des dizaines de milliers de fichiers de configuration différents, ce qui nous permet de savoir quels sites web ont été ciblés par les opérateurs de Trickbot. La figure 3 montre le nombre de sites web extraits des fichiers de configuration en 2020.

Figure 3. Nombre de sites web ciblés en 2020

Ces URL ciblées appartiennent pour la plupart à des institutions financières. Le nombre de cibles trouvées dans ces fichiers de configuration a fortement diminué à partir du mois de mars. Cela coïncide avec le moment où les opérateurs de Trickbot ont supprimé le module webinject de la liste des plugins par défaut téléchargés automatiquement par le module principal – c’est pourquoi nous n’avons pas de données en mars ; nous avons dû ajuster nos processus pour maintenir la visibilité sur les URLs ciblées. Cette baisse du nombre de cibles est probablement due au fait que le groupe Trickbot a commencé à se concentrer sur un autre moyen de monétisation pendant cette période : les rançongiciels.

Ici, Trickbot est d’abord utilisé pour effectuer une reconnaissance et un mouvement latéral dans le réseau d’une organisation, puis pour déposer le rançongiciel Ryuk sur le plus grand nombre de systèmes possible. D’après les données que nous avons recueillies, il semble que les opérateurs de Trickbot soient passés d’une tentative de vol d’argent sur des comptes bancaires à la compromission de toute une organisation avec Trickbot, puis à son utilisation pour exécuter Ryuk et demander une rançon pour déverrouiller les systèmes concernés.

Nous avons également observé de nouveaux projets de développement de logiciels malveillants qui proviendraient des opérateurs de Trickbot, ce qui pourrait également expliquer leur désintérêt soudain à utiliser Trickbot comme un cheval de Troie bancaire. L’un de ces projets est le projet Anchor, une plate-forme principalement axée sur l’espionnage plutôt que sur les logiciels criminels. Ils sont également probablement impliqués dans le développement du logiciel malveillant Bazar – un chargeur et une porte dérobée utilisés pour déployer des logiciels malveillants, tels que des rançongiciels, et pour voler des données sensibles sur des systèmes compromis.

Analyse en profondeur de Trickbot

Ce qui rend Trickbot si polyvalent, c’est que ses fonctionnalités peuvent être considérablement étendues grâce à des plugins. Tout au long de notre suivi, nous avons pu collecter et analyser 28 plugins différents. Certains sont destinés à récupérer les mots de passe des navigateurs, des clients de messagerie et de diverses applications, tandis que d’autres peuvent modifier le trafic réseau ou se propager. Les plugins Trickbot sont implémentés comme des DLL Windows standard, avec généralement au moins ces quatre exportations distinctes : Start, Control, Release et FreeBuffer.

Il est intéressant de noter que certains ont des en-têtes Rich alors que d’autres n’en ont pas. Les en-têtes Rich sont une structure de données non documentée ajoutée à tous les binaires construits par Microsoft Visual Studio 97 SP3 ou ultérieur. Ils contiennent des informations sur l’environnement de développement dans lequel l’exécutable a été construit. Le fait que les en-têtes Rich ne soient pas toujours présents dans les plugins – et que lorsqu’ils sont présents, ils montrent différents environnements de développement – nous amène à penser que ces plugins ont été écrits par différents développeurs.

Nous n’avons pas observé beaucoup d’échantillons différents des différents plugins une fois qu’ils ont été développés et utilisés dans la nature. Ceux qui ont le plus changé sont ceux qui contiennent un fichier de configuration statique intégré dans le binaire. Ces fichiers de configuration statiques contiennent, entre autres, des informations sur le serveur C&C, donc on s’attend à ce qu’ils changent avec le temps. La figure 4 montre le nombre de variations que nous avons constatées pour chaque module que nous avons collecté grâce à notre plateforme de suivi des réseaux de zombies. La plupart des variantes des modules les plus récents se présentent par paires : environ la moitié des modules collectés étaient des versions 32 bits, tandis que l’autre moitié était des versions 64 bits. En Annexe, vous trouverez une brève description de chacun de ces modules.

Figure 4. Nombre de variantes pour chaque plugin Trickbot

Configurations de fichiers pour tous

Bien qu’il existe potentiellement de nombreux fichiers de configuration différents téléchargés dans une installation de Trickbot, le module principal contient une configuration cryptée et codée en dur. Celle-ci contient une liste de serveurs C&C ainsi qu’une liste par défaut de plugins qui doivent être téléchargés.

Comme mentionné précédemment, certains plugins dépendent également des fichiers de configuration pour fonctionner correctement. Ces plugins s’appuient sur le module principal pour télécharger ces fichiers de configuration à partir des serveurs C&C. Les plugins y parviennent en passant une petite structure de configuration de module, stockée dans la section de recouvrement du binaire du plugin, qui permet au module principal de savoir ce qu’il doit télécharger.

Le fait de pouvoir rassembler ces fichiers de configuration nous a permis de cartographier l’infrastructure réseau de Trickbot. Le module principal utilise sa liste de serveurs C&C codés en dur et se connecte à l’un d’entre eux pour télécharger une seconde liste de serveurs C&C, la liste dite psrv . Le module principal contacte cette deuxième couche de serveurs C&C pour télécharger les plugins par défaut spécifiés dans le fichier de configuration codé en dur. Les autres modules peuvent être téléchargés ultérieurement sur commande des opérateurs de Trickbot. Certains de ces plugins, comme le plugin injectDll, par exemple, ont leurs propres serveurs C&C, qui contiennent des fichiers de configuration. Enfin, il existe des serveurs C&C dédiés aux plugins. Les plus répandus sont les serveurs dpost, utilisés pour exfiltrer des données volées telles que des informations d’identification, mais, comme le montre l’Annexe, il en existe d’autres. Toutes ces différentes couches rendent l’effort de perturbation plus difficile. La figure 5 illustre ce processus de communication initial.

Figure 5. Processus de communication du réseau Trickbot

Nous suivons ces différents serveurs C&C depuis le début de 2017. Cette connaissance a bien sûr été vitale dans l’effort de perturbation, puisque nous avons pu contribuer à la cartographie de l’infrastructure réseau utilisée par les acteurs malveillants.

Un autre élément intéressant que nous avons pu recueillir en explorant ce botnet est l’identifiant unique présent dans chaque échantillon de Trickbot, surnommé gtag. Il s’agit d’une chaîne présente dans le fichier de configuration initial codé en dur identifiant les différentes campagnes de Trickbot ou le mode de compromission. Par exemple, les autres campagnes mor sont considérées comme des compromissions de Trickbot dus à Emotet. Les gtags peuvent aussi parfois indiquer la cible d’une campagne. Un bon exemple est celui de uk03-1, qui visait principalement les institutions financières au Royaume-Uni.

La figure 6 présente une chronologie de tous les gtags que nous avons extraits des fichiers de configuration de Trickbot de septembre 2019 à septembre 2020. En regardant le groupe mor, on peut voir l’arrêt brutal des campagnes Emotet en avril 2020. Il y a également quelques groupes qui sont utilisés par des modules spécifiques. Les groupes tot, jim et lib sont parmi les gtags les plus visibles en permanence et sont associés aux modules mshare, nworm/mworm et tab respectivement, selon un récent article de l’Unit42. Comme tous ces groupes sont utilisés pour le mouvement latéral, il n’est pas surprenant de voir une ligne pratiquement constante dans leur ligne de temps.

Figure 6. Ligne de temps du groupe gtags

Remarques finales

Tenter de perturber une menace insaisissable telle que Trickbot est très difficile et complexe. Il dispose de divers mécanismes de repli et son interconnexion avec d’autres acteurs cybercriminels très actifs dans le monde souterrain rend l’opération globale extrêmement complexe. Nous continuerons à suivre cette menace et à évaluer l’impact que de telles actions peuvent avoir sur un botnet aussi tentaculaire à long terme.

Nous remercions tout particulièrement Jakub Tomanek, Jozef Dúc, Zoltán Rusnák et Filip Mazán

Noms de détection d’ESET

Win32/TrickBot
Win64/TrickBot

Techniques MITRE ATT&CK

Note : Ce tableau a été construit en utilisant la version 7 de MITRE ATT&CK.

TacticIDNameDescription
Initial AccessT1566.001Phishing: Spearphishing AttachmentTrickbot has used an email with an Excel sheet containing a malicious macro to deploy the malware.
ExecutionT1059.003Command and Scripting Interpreter: Windows Command ShellTrickbot has used cmd.exe /c to download and deploy the malware on the user’s machine.
T1059.005Command and Scripting Interpreter: Visual BasicTrickbot has used macros in Excel documents to download and deploy the malware on the user’s machine.
T1106Native APITrickbot uses the Windows API CreateProcessW to manage execution flow.
T1204.002User Execution: Malicious FileTrickbot has attempted to get users to launch a malicious Excel attachment to deliver its payload.
T1059.007Command and Scripting Interpreter: JavaScript/JscriptTrickbot group used obfuscated JavaScript to download Trickbot loader.
T1559.001Inter-Process Communication: Component Object ModelTrickbot used COM to setup scheduled task for persistence.
PersistenceT1547.001Boot or Logon Autostart Execution: Registry Run Keys / Startup FolderTrickbot establishes persistence in the Startup folder.
T1053.005Scheduled Task/Job: Scheduled TaskTrickbot creates a scheduled task on the system that provides persistence.
Privilege EscalationT1055.012Process Injection: Process HollowingTrickbot injects into the svchost.exe process.
Defense EvasionT1140Deobfuscate/Decode Files or InformationTrickbot decodes its configuration data and modules.
T1562.001Impair Defenses: Disable or Modify ToolsTrickbot can disable Windows Defender.
T1112Modify RegistryTrickbot can modify registry entries.
T1027Obfuscated Files or InformationTrickbot uses non-descriptive names to hide functionality and uses an AES-CBC (256 bits) encryption algorithm for its loader and configuration files.
T1027.002Software PackingTrickbot leverages a custom packer to obfuscate its functionality.
T1553Subvert Trust ControlsTrickbot uses signed loaders with stolen valid certificates.
Credential AccessT1555.003Credentials from Password Stores: Credentials from Web BrowsersTrickbot can obtain passwords stored by web browsers such as Chrome, Firefox, Internet Explorer, and Microsoft Edge.
T1056.004Input Capture: Credential API HookingTrickbot has the ability to capture RDP credentials by capturing the CredEnumerateA API.
T1552.001Unsecured Credentials: Credentials In FilesTrickbot can obtain passwords stored by several applications such as Outlook, Filezilla, and WinSCP. Additionally, it searches for the .vnc.lnk suffix to steal VNC credentials.
T1552.002Unsecured Credentials: Credentials in RegistryTrickbot can retrieve PuTTY credentials from the Software\SimonTatham\Putty\Sessions registry key.
T1110Brute ForceTrickbot uses brute-force attack against RDP with rdpscanDll module.
DiscoveryT1087.001Account Discovery: Local AccountTrickbot collects the users of the system.
T1087.003Account Discovery: Email AccountTrickbot collects email addresses from Outlook.
T1082System Information DiscoveryTrickbot gathers the OS version, CPU type, amount of RAM available from the victim’s machine.
T1083File and Directory DiscoveryTrickbot searches the system for all of the following file extensions: .avi, .mov, .mkv, .mpeg, .mpeg4, .mp4, .mp3, .wav, .ogg, .jpeg, .jpg, .png, .bmp, .gif, .tiff, .ico, .xlsx, and .zip. It can also obtain browsing history, cookies, and plugin information.
T1016System Network Configuration DiscoveryTrickbot obtains the IP address and other relevant network information from the victim’s machine.
T1007System Service DiscoveryTrickbot collects a list of installed programs and services on the system’s machine.
T1135Network Share DiscoveryTrickbot module shareDll/mshareDll discovers network shares via the WNetOpenEnumA API.
T1057Process DiscoveryTrickbot uses module networkDll for process list discovery.
Lateral MovementT1210Exploitation of Remote ServicesTrickbot utilizes EthernalBlue and EthernalRomance exploits for lateral movement in the modules wormwinDll, wormDll, mwormDll, nwormDll, tabDll.
CollectionT1005Data from Local SystemTrickbot collects local files and information from the victim’s local machine.
T1185Man in the BrowserTrickbot uses web injects and browser redirection to trick victims into providing their login credentials on a fake or modified web page.
Command and ControlT1071.001Application Layer Protocol: Web ProtocolsTrickbot uses HTTPS to communicate with its C&C servers, to get malware updates, modules that perform most of the malware logic and various configuration files.
T1573.001Encrypted Channel: Symmetric CryptographyTrickbot uses a custom crypter leveraging Microsoft’s CryptoAPI to encrypt C&C traffic.
T1105Ingress Tool TransferTrickbot downloads several additional files and saves them to the victim’s machine.
T1571Non-Standard PortSome Trickbot samples have used HTTP over ports 447 and 8082 for C&C.
T1219Remote Access SoftwareTrickbot uses vncDll module to remote control the victim machine.
ExfiltrationT1041Exfiltration Over C2 ChannelTrickbot exfiltrates data over the C&C channel using HTTP POST requests.

Appendices

Lateral movement modules

  • shareDll, mshareDll, tshareDll
    • Modules used to propagate Trickbot loader to connected network shares of the victimized machine.
  • wormwinDll, wormDll, mwormDll, nwormDll
    • Modules used for spreading inside a local network of compromised machines via SMB. It uses the EternalBlue exploit.
  • tabDll
    • Module used to spread into the network using the EternalRomance exploit.

Infostealers

  • pwgrab
    • Password stealer module.
  • systeminfo
    • Module used for gathering information about the victim machine.
  • domainDll
    • Module used for stealing credentials and other data from the Domain Controller via LDAP.
  • networkDll
    • Module used to collect system information and network topology.
  • outlookDll
    • Module used for stealing credentials from Microsoft Outlook.
  • importDll
    • Module used for stealing browser information such as cookies, browser history, configurations.
  • mailsearcher
    • Module used to search for files on the victim machine against a list of hardcoded extensions (documents, images, video).
  • cookiesDll
    • Web browser cookie stealer module.
  • squlDll
    • Module used to harvest email addresses from the SQL server and scrape credentials from the afflicted system with the Mimikatz utility.
  • aDll
    • Steals Active Directory database.
  • psfin
    • Module queries the Active Directory for specific string constants which are related to Point-of-Sale software.

Network abuse

  • injectDll
    • Webinject module.
  • NewBCtestDll, NewBCtestnDll
    • Module that is a reverse proxy and is able to execute commands.
  • vncDll
    • Module used as a RAT on the victim machine.
  • vpnDll
    • Module used to create VPN proxy routed to a given address.
  • rdpscanDll
    • Module used for brute forcing RDP on a certain list of targets.
  • bcClientDllTestTest
    • An old module used to proxy Trickbot operator traffic through a victim machine.
  • shadnewDll
    • Man-in-the-Browser module. It contains a full implementation of IcedID main module. It can intercept web traffic on the victim machine.

Other

  • mexecDll
    • General purpose “download and execute” module.
Module namesSub-configRich headers
shareDll, mshareDll, tshareDllNO
wormwinDll, wormDll, mwormDll, nwormDllNO
tabDlldpost YES
pwgrab dpost YES
systeminfo YES
domainDllNO
networkDll dpost YES
outlookDllNO
importDll NO
mailsearchermailconfNO
cookiesDlldpost YES
squlDll YES
aDll YES
psfindpost YES
injectDlldinj, sinj, dpost YES/NO
NewBCtestDll, NewBCtestnDll bcconfig3 YES
vncDll vncconf YES
vpnDllvpnsrv YES
rdpscanDllsrv YES
bcClientDllTestTest YES
shadnewDlldom YES
mexecDll YES

Useful links:

Microsoft blog post: https://blogs.microsoft.com/on-the-issues/?p=64132

Infolettre

Discussion