Les PME: cibles privilégiées des attaques de rançongiciel | WeLiveSecurity

Les PME: cibles privilégiées des attaques de rançongiciel

Pourquoi les PME sont-elles une cible pour les attaques de rançongiciel et que peuvent-elles faire pour se protéger contre la cyber-extorsion?

Pourquoi les PME sont-elles une cible pour les attaques de rançongiciel et que peuvent-elles faire pour se protéger contre la cyber-extorsion?

Selon la Banque mondiale, les petites et moyennes entreprises (PME) jouent un rôle énorme dans la plupart des économies, puisqu’elles représentent 90 % des entreprises du monde entier et plus de 50 % de l’emploi. Il s’agit d’entreprises qui vont des restaurants familiaux aux entreprises établies comptant plusieurs centaines d’employés, en passant par les jeunes pousses.

Outre le fait qu’elles jouent un rôle essentiel dans l’économie des pays, les PME sont souvent mal préparées pour faire face aux cyber-menaces. Ces incidents peuvent varier, allant des attaques par déni de service distribué (DDoS) qui entraînent des heures d’arrêt et des pertes de revenus, aux attaques de logiciels malveillants, y compris celles qui impliquent des rançongiciels, qui peuvent finalement entraîner la fermeture d’une entreprise.

Pourquoi les PME sont-elles des cibles de prédilection?

Alors que les grandes entreprises peuvent sembler à prime abord comme des proies plus lucratives, les PME sont une cible attrayante en raison de leur manque de ressources pour se défendre contre de telles attaques.

Selon un récent rapport du Ponemon Institute, le plus grand défi auquel sont confrontées les PME est le manque de personnel pour faire face aux cyber-risques, aux attaques et aux vulnérabilités, tandis que le deuxième plus grand problème tourne autour des budgets limités. Le troisième grand défi est que les entreprises peuvent ne pas comprendre comment se protéger contre les cyberattaques.

Dans ce contexte, il est logique que les employés ne soient pas en mesure d’identifier les menaces ou les attaques potentielles. Le rapport Ponemon souligne ce point, en indiquant que lorsque les entreprises ont été victimes d’attaques de rançongiciels, les vecteurs d’attaque les plus fréquents étaient l’hameçonnage et l’ingénierie sociale, les sites web usurpés arrivant en deuxième position et les malversations en troisième.

Cela montre à quel point la sous-estimation d’une formation adéquate en matière de cybersécurité peut nuire à votre entreprise à long terme. Si une formation adéquate peut être un investissement coûteux, devoir faire face aux conséquences d’une attaque par rançongiciel peut s’avérer encore plus coûteux.

Quel est le coût d’une attaque?

D’après le rapport de Datto, les rançongiciels figurent en tête de liste des menaces de logiciels malveillants auxquelles sont confrontées les PME, une sur cinq déclarant avoir été victime d’une attaque par rançongiciel. La rançon moyenne demandée par les acteurs de la menace est d’environ 5 900 dollars américains. Cependant, ce n’est pas le prix final; le coût de l’immobilisation est 23 fois plus élevé que la rançon demandée en 2019, s’élevant à 141 000 dollars US et représentant une augmentation de plus de 200 % de 2018 à 2019.

Et vous n’avez toujours pas pris en compte les autres coûts – la découverte de l’attaque, l’enquête, le confinement, la récupération et l’atteinte à la réputation. Il vous faut donc toujours tenir compte du coût des informations perdues.

Certaines entreprises peuvent préférer payer la rançon pour limiter leur temps mort et rétablir l’accès aux fichiers sensibles, mais il n’y a aucune garantie. Les cybercriminels à l’origine du rançongiciel peuvent continuer à augmenter la rançon, et même si vous payez, vous ne pouvez pas être sûr de récupérer toutes les données, donc le dommage sera toujours fait.

« Le financement des cybercriminels permet également de financer des cyberattaques plus importantes, il faut donc rappeler que le fait de payer ne fera pas toujours disparaître le problème », explique Jake Moore, spécialiste de la cybersécurité d’ESET.

Quelles sont vos options?

Il est clair que votre premier objectif est d’empêcher toute attaque de rançongiciel d’être efficace. La clé, c’est donc la prévention, et elle comprend ces mesures de base :

  • Tous les employés doivent suivre une formation régulière afin d’être au courant des meilleures pratiques en matière de cybersécurité. Cela peut grandement contribuer à réduire les risques qu’ils cliquent sur des liens potentiellement dangereux dans leurs courriels, qui pourraient être truffés de rançons, ou qu’ils branchent des périphériques USB inconnus qui pourraient être chargés de logiciels malveillants.
  • Vous devez toujours garder vos systèmes d’exploitation et autres logiciels à jour avec la dernière version disponible et, chaque fois qu’un correctif est publié, l’appliquer.
  • Prévoyez toujours le pire et espérez le meilleur. Prévoyez donc un plan de continuité des activités en cas de catastrophe. Ce plan doit inclure une sauvegarde des données et peut-être même une infrastructure de sauvegarde que vous pourrez utiliser pendant que vous essayez de restaurer vos systèmes verrouillés.
  • Les sauvegardes sont essentielles pour tout le monde, qu’il s’agisse de particuliers ou de grandes entreprises. Sauvegardez régulièrement vos données critiques et testez fréquemment ces sauvegardes pour voir si elles fonctionnent correctement, afin qu’elles ne vous laissent pas dans l’embarras si vous êtes touché. Au moins les données les plus précieuses devraient également être stockées hors ligne.
  • Réduisez la surface d’attaque en désactivant ou en désinstallant tout logiciel ou service inutile. Notamment, comme les services d’accès à distance sont souvent le principal vecteur de nombreuses attaques de type rançongiciel, vous seriez bien avisé de désactiver entièrement le RDP sur Internet ou du moins de limiter le nombre de personnes autorisées à accéder à distance aux serveurs de l’entreprise via Internet.
  • Ne sous-estimez jamais la valeur d’une solution de sécurité multicouche réputée. Outre vos employés, c’est votre première ligne de défense que vous devez avoir en place pour vous protéger contre toutes sortes de menaces, et pas seulement contre les attaques de rançongiel. Veillez également à ce que le produit soit corrigé et mis à jour.

Lectures complémentaires:

Les rançongiciels et l’entreprise : nouveau white paper

Attaque d’un rançongiciel : devriez‑vous payer?

Tendances 2018 : La révolution des rançongiciels

Infolettre

Discussion