RSA 2020 – Pirater des êtres humains | WeLiveSecurity

RSA 2020 – Pirater des êtres humains

Ce que la lutte humaine contre les infections biologiques peut nous apprendre sur la lutte contre les virus informatiques - et vice versa.

Ce que la lutte humaine contre les infections biologiques peut nous apprendre sur la lutte contre les virus informatiques – et vice versa.

Cette année, lors de la conférence RSA, tenue à San Francisco, la menace d’un virus à propagation rapide a suscité une agitation tacite. Pas un virus numérique cette fois-ci, mais le coronavirus souvent démonisé. Cela nous donne l’occasion de réfléchir aux risques de propagation d’un virus plus palpable, plus réel et plus effrayant.

Et pourtant, l’examen de la propagation des logiciels malveillants nous rappelle plusieurs parallèles notables :

Il ne reste jamais dans son foyer

Quel que soit le point de départ d’un logiciel malveillant, il n’y a aucun moyen de savoir avec certitude où il va se propager. Pendant des décennies, les nations ont lutté contre l’idée que le « piratage » et le fait de neutraliser délibérément les capacités numériques de vos adversaires seront des opérations de routine – un coup et c’est fini. Ce n’est jamais ainsi que cela fonctionne. L’histoire des dommages collatéraux causés par un logiciel malveillant apparu dans une autre région du globe et dirigé contre une cible involontaire est une leçon précieuse sur ce qui peut mal tourner.

Ce n’est pas aussi grave que certains le pensent

Mis à part les gros titres, il est étonnant de constater la rapidité avec laquelle les gens du monde entier ont collaboré au triage, au contrôle de la propagation, à l’éducation, à la limitation des dégâts après coup, etc. dans le domaine physique. Nous sommes doués pour travailler ensemble afin d’arrêter la méchanceté. Peu importe la région du monde, de bonnes personnes travaillant ensemble peuvent faire des miracles contre vents et marées. Nous pouvons surmonter, ce n’est pas aussi mauvais que vous le pensez.

On ne peut pas se cacher la tête dans le sable

Il est compréhensible que certaines personnes choisissent de se prémunir contre d’éventuelles infirmités physiques, mais nous sommes quand même ici à la RSA. Pourquoi? Nous avons bon espoir qu’une panique trop zélée cédera la place à des esprits plus calmes et mieux préparés. Nous pouvons vaincre cela en nous engageant de manière constructive, et c’est ce que nous faisons ici. Ce n’est pas la négligence, mais un dialogue réfléchi qui l’emporte.

L’importance de continuer d’apprendre

De meilleurs moyens de protection, de meilleures façons de défendre, de meilleures techniques, une meilleure compréhension de tout ce qui entoure. Suivre un mauvais événement est l’un des meilleurs moments pour réfléchir à ce qui s’est bien passé et à ce qui pourrait être mieux. Ces possibilités d’apprentissage et ces boucles de rétroaction peuvent être intégrées pour réduire les risques de répétition. Bien qu’il n’existe pas de défense parfaite, il y a toujours une foule de moments d’apprentissage si nous les prenons.

Nos machines s’améliorent

Les machines numériques sont de plus en plus performantes, rapides et précises pour détecter, défendre et trier les mauvais événements. Cartographier la télémétrie mondiale des événements indésirables en consommant des montagnes de données et en élaborant des prédictions éclairées suivies de boucles de rétroaction qui permettent de régler le moteur de façon plus précise présente d’énormes avantages, à commencer par la vitesse. Souvent mal aimées, les machines peuvent effectuer les tâches lourdes et répétitives qui nous protègent tous.

Aucun système n’est parfait. Aucun mauvais événement ne suit une progression linéaire, et les événements aberrants donnent lieu à une pause. Pourtant, que ce soit à RSA pour discuter des événements numériques ou dans un établissement de santé travaillant sur le coronavirus, nous vous tirons notre chapeau. Nous avons besoin que vous continuiez à nous aider à améliorer notre sécurité à tous.

Infolettre

Discussion