Dommages dus à la fumée et disques durs | WeLiveSecurity

Dommages dus à la fumée et disques durs

Un regard plus approfondi aux dommages causés par les particules de fumée et quelques mesures que vous pouvez prendre pour faciliter la récupération des données.

Un regard plus approfondi aux dommages causés par les particules de fumée et quelques mesures que vous pouvez prendre pour faciliter la récupération des données.

En tant qu’employés d’ESET, de nombreuses discussions sur WeLiveSecurity et WeLiveSecurity… En français se concentrent sur les logiciels malveillants et les menaces sur les matériaux informatiques et sur les outils permettant de s’en prémunir. Ceci dit, la sécurité est une catégorie bien plus large que ceci, englobant tant l’accessibilité que l’intégrité de vos informations, ce qui inclut la protection physique. De nos jours, les risques dont on entend le plus parler concernent par exemple des brèches touchant les données stockées dans le nuage ou la compromission d’objets connectés. Cependant, il est important de garder en tête que ces risques s’ajoutent, mais ne remplacent pas les risques plus anciens et moins glamour, telles que les défaillances de disque dur.

Introduction

Sur la section r/sysadmin de Reddit, j’ai récemment participé à un échange sur les pannes de disque dur dues à la fumée, qui constitue la base de cet article. Comme ce n’est pas un sujet que nous abordons normalement sur WeLiveSecurity, un peu de mise en contexte peut s’avérer utile.

Image 1 : Vue interne d’un disque dur. SPBer – Own work, CC BY-SA 3.0

Les lecteurs de disque dur conventionnels fonctionnent en faisant tourner une série de plateaux en aluminium ou en verre sur une broche entraînée par un moteur électrique. Et lorsqu’ils tournent, ils vont assez vite et avec des tolérances incroyablement fines : les disques durs utilisés dans les serveurs tournent leurs plateaux jusqu’à 15.000 tours par minute (RPM), ce qui correspond à environ 150 mph (ou environ 240 kph, pour ceux qui ont une vision métrique). À peine au-dessus et au-dessous de ces plateaux flottent de minuscules têtes lecture/écriture de moins d’un millimètre de large chacune, à l’extrémité d’un bras d’actionneur. À quelle distance les bras de l’actionneur placent les têtes des plateaux? Aussi peu que 3 nanomètres, soit environ 1/25 000e de l’épaisseur d’un cheveu humain. Les têtes lecture/écriture elles-mêmes sont si petites qu’elles sont fabriquées à l’aide de technologies similaires à celles utilisées pour fabriquer les processeurs. Toutes ces pièces sont réunies dans un appareil qui n’a pas l’air trop différent d’un tourne-disque, mis à part sa taille.

À l’aube de l’ère de lecteur de disque dur, la distance entre les têtes lecture/écriture et les plateaux à l’intérieur du boîtier de disque dur était beaucoup plus grande, au point où les particules de fumée, d’une taille souvent inférieure à un micron, pouvaient facilement passer entre les plateaux et les têtes lecture/écriture. On peut imaginer que les ordinateurs centraux équipés de systèmes de refroidissement par air ou par eau à haute pression dans un centre informatique auraient des systèmes de filtrage de l’air semblables à ceux d’une clean room, avec des filtres à air entretenus régulièrement selon un horaire établi. C’est d’ailleurs le cas : SAGE, l’un des premiers systèmes informatiques militaires distribués, avait des briquets et des cendriers intégrés.

Image : Console SAGE. gizmodo.com

Une des choses intéressantes au sujet des lecteurs de disque dur de type conventionnel qui vont dans les ordinateurs de bureau et portables est qu’ils ont des spécifications d’altitude, à la fois pour l’utilisation et pour leur transport. La raison en est fort simple. C’est parce qu’ils ne sont pas réellement des assemblages scellés, comme on pourrait penser, mais disposent plutôt d’un trou d’égalisation de la pression d’air sur eux quelque part (généralement accompagné d’un autocollant « ne pas couvrir »), qui permet à la pression de l’air à l’intérieur du disque dur de demeurer pareille à la pression de l’air à l’extérieur de celui-ci. Ceci permet de s’assurer que votre disque dur ne s’écrase pas ou ne s’ouvre pas en raison des changements d’altitude. En quoi tout cela est-il important? Les têtes lecture/écriture d’un lecteur de disque dur s’appuient sur l’effet Bernoulli pour flotter au-dessus des plateaux du lecteur, et comme la pression atmosphérique diminue, les têtes lecture/écriture commencent à flotter plus près des plateaux.

Dommages dus à la fumée

Quelle est la place des particules de fumée dans tout cela? Eh bien, j’espère que ce n’est pas le cas, car les particules de fumée sont parmi les choses les plus dommageables qui peuvent pénétrer à l’intérieur d’un disque dur. Quand on les observe sous un microscope, ils ressemblent souvent à des roches déchiquetées, et certains d’entre eux sont assez petits pour qu’ils puissent réellement obtenir dedans par le trou d’égalisation de pression d’air et finissent par rebondir vers le haut à travers la surface du plateau à grande vitesse, causant les rayures microscopiques et l’écaillement du mince matériau de film sur la surface des plateaux, qui est où les données sont réellement stockées. Même avec des filtres à l’intérieur de l’ensemble d’assemblage, les particules peuvent encore causer des dommages : On peut les imaginer impactant les têtes lecture/écriture volant juste quelques nanomètres de la surface des plateaux à la manière d’un oiseau ou d’un drone frappant un avion. Ce n’est pas une grande expérience pour les passagers ou vos données.

Il s’avère que tous les disques durs ne sont pas ouverts à l’air libre. Au cours des dernières années, les disques durs d’entreprise de la plus grande capacité sont remplis d’un gaz inerte, tel que l’hélium, pendant leur fabrication, puis scellés hermétiquement. Ceci permet aux plateaux et aux têtes lecture/écriture d’être placés encore plus près l’un de l’autre, tout en se déplaçant plus rapidement et en étant plus silencieux, tout en consommant moins d’électricité. Initialement lancée par Hitachi (dont la division de stockage appartient maintenant à Western Digital), cette technologie est également utilisée par d’autres fabricants de disques durs tels que Seagate et Toshiba. Tandis que les particules de fumée peuvent ne pas pouvoir travailler leur chemin à l’intérieur de ces types de disques durs scellés, il est important de se rappeler qu’elles peuvent être corrosives (selon leur source) et qu’elles peuvent toujours causer des dommages par oxydation aux parties exposées d’un disque dur, telles que le circuit imprimé du contrôleur du disque.

Récupération

Si un disque dur a été exposé à l’eau ou au feu, les dommages sont généralement évidents. Lorsque l’exposition se limite à la fumée, il se peut qu’il n’y ait pas de signes évidents de dommages. De plus, les dommages peuvent ne pas se produire immédiatement, mais prendre des semaines ou des mois à se manifester, souvent de façon subtile et difficile à déterminer.

Si un disque dur a été exposé à la fumée, la première chose à faire est de mettre le système hors tension, de décharger l’électricité statique en vous mettant à la terre et en mettant l’ordinateur à la terre, de retirer le disque dur et de nettoyer l’extérieur avec un chiffon antistatique en microfibre sans peluche. Pour la carte de circuit imprimé, une brosse en nylon antistatique utilisée pour nettoyer l’intérieur des ordinateurs fonctionne bien. Si on trouve une couche visible de résidus de fumée sur le disque dur, recouvrez très doucement le trou d’égalisation de pression d’air avec un morceau de ruban électrique (couper un petit morceau de ruban et le coller à l’envers sur le côté adhésif crée une zone non collante sur le trou), puis mouillez le chiffon ou la brosse dans un mélange 1:1 d’eau distillée et d’alcool isopropylique afin que le tout soit humide (pas trempé mais humide) et nettoyez la partie extérieure. N’enlevez pas la bande électrique avant que le disque dur ne soit complètement sec. Une fois sec, enlevez délicatement le ruban adhésif et nettoyez très légèrement autour du trou d’égalisation de pression d’air à l’aide d’un chiffon sec dans une direction éloignée du trou. Le disque dur ne doit en aucun cas être mis sous tension tant que le trou d’égalisation de pression d’air est couvert.

Une fois que la surface extérieure du lecteur de disque dur est nettoyée et séchée, et que la bande est retiré, le lecteur peut être branché dans un ordinateur, permettant que toutes les données valables soient copiées.

À ce stade, vous avez presque terminé, du moins en ce qui concerne le transfert des données vers un endroit plus sûr.

Le disque dur est peut-être encore réparable, surtout s’il était éteint au moment où il a été exposé à la fumée et lorsqu’il a par la suite été nettoyé. Exécuter le programme de diagnostic du fabricant du disque dur peut aider à déterminer si un disque dur peut être remis en service. Les disques Seagate Technology (y compris Maxtor) peuvent être vérifiés avec SeaTools, et les disques Western Digital (y compris Hitachi) avec Data LifeGuard Diagnostic. Néanmoins, en fonction de vos besoins, vous pourriez envisager de remplacer le lecteur et d’utiliser celui-ci uniquement pour le stockage de données non critiques. Il existe également des programmes de diagnostic disponibles auprès de tierces parties qui peuvent vérifier si le disque dur contient des erreurs.

Si un disque dur est gravement endommagé par la fumée, le feu ou l’eau, contactez un service professionnel de récupération de données au lieu de tenter de récupérer les données, car toute tentative de récupération de votre part peut conduire à rendre les données complètement et définitivement irrécupérables.

Conclusion

Il est important de se rappeler que le taux d’échec de tous les disques durs atteindra 100%… un jour ou l’autre. Effectivement, aucun disque dur n’est éternel. Vous pouvez cependant prendre certaines mesures pour améliorer les chances de conserver l’accès à vos données pendant une longue période :

  • La première consiste à effectuer des sauvegardes régulières de toute information importante stockée sur votre ordinateur. Il y a plusieurs années, nous avons écrit un article sur les bases de la sauvegarde, passant en revue les différentes technologies que vous pouvez utiliser pour conserver une copie de vos données en toute sécurité.
  • Le second est un HOWTO que j’ai écrit pour la communauté informatique de Spiceworks sur façon de maintenir les disques durs externes. Les disques durs externes sont pratiques pour les sauvegardes, mais parce qu’ils sont petits et portables, ils ont aussi besoin de quelques protections supplémentaires.

Bien qu’aucune de ses mesures expliquées ci-dessus (ou dans les liens y figurant) ne s’y rapportent directement, elles peuvent vous aider à prévenir ou, à tout le moins, à réduire vos coûts en cas de dommages causés par la fumée.

Je remercie tout spécialement mes collègues d’ESET Bruce P. Burrell, Shane Curtis, Nick FitzGerald et Fer O’Neill pour leur aide dans la rédaction de cet article.

Discussion