Applications de contrôle parental : protection, ou invasion de la vie privée?

Contrôle parental pour les enfants : protection ou atteinte à la vie privée?

Comment utiliser les applications de contrôle parental pour protéger les enfants, sans franchir la fine ligne qui sépare le contrôle de l'utilisation de la technologie et l'invasion de la vie privée.

Comment utiliser les applications de contrôle parental pour protéger les enfants, sans franchir la fine ligne qui sépare le contrôle de l’utilisation de la technologie et l’invasion de la vie privée.

Dans l’épisode Arkangel, de la populaire série Black Mirror, une mère surprotectrice décide d’implanter une puce dans le cerveau de sa fille, afin de pouvoir surveiller tout ce que sa petite fille voit et ressent grâce à sa tablette et une application. Ce système, conçu à l’origine comme une application de contrôle parental, permet à la mère non seulement de voir ce que voit son enfant, mais aussi de surveiller ses émotions et ses humeurs, et même de filtrer les images qui pourraient lui nuire, de sorte que la fille les voit comme pixellisées.

Parlons de l’utilité des applications de contrôle parental

Nous n’avons pas besoin d’emprunter des mesures extrêmes comme l’implantation d’une puce, à l’image de ce qu’on voit dans la série, pour déterminer jusqu’où les actions relevant du contrôle parental peuvent être considérées comme de la surveillance et à quel moment elles franchissent la limitent et représentent une invasion de la vie privée de l’enfant.

En ce moment, nous disposons déjà des applications permettant la géolocalisation, d’autres pour contrôler ce que les enfants peuvent voir sur Internet et à la télévision, certaines donnant accès au microphone pour que les parents puissent écouter les sons entourant leur enfant et même des applications qui enregistrent tout ce qui se passe devant l’écran grâce à la capture vidéo.

Ces outils peuvent s’avérer tentant sembler être une excellente solution à tous les problèmes que le parent d’un natif numérique pourrait avoir. Une chose est sûre : toutes les applications de contrôle parental ne fonctionnent pas de la même façon et elles ne disposent pas toutes des mêmes fonctionnalités. C’est pourquoi il est essentiel de les analyser et de choisir celles qui correspondent le mieux aux valeurs de votre famille.

Qui plus est, beaucoup d’outils qui semblent à première vue très utiles aux parents, peuvent s’avérer envahissants pour leurs enfants. Ceci peut entraîner une réaction différente à celle à laquelle parent s’attendait. Au lieu de se sentir protégé et entouré, l’enfant peut se sentir piégé et commencer à chercher des moyens d’échapper à ces contrôles.

L’essentiel n’est pas tant de déterminer quel contrôle vous choisissez, mais plutôt la conversation qui l’entoure. Ceci vaut autant dans l’accompagnement de l’enfant dans le monde physique que dans le monde numérique. Il est important d’apprendre aux jeunes, par le dialogue et à l’aide d’outils numériques, quels sont les dangers et les risques d’Internet. Quelles sont leurs responsabilités, ce qu’ils devraient et ne devraient pas faire et comment ils peuvent se protéger.

Les applications de contrôle parental peuvent s’avérer très utiles pour les plus jeunes enfants, notamment lorsqu’ils commencent à utiliser un ordinateur ou à obtenir leur premier téléphone cellulaire. Cependant, au début de l’adolescence, ces contrôles deviendront de plus en plus difficiles à introduire ou à utiliser. C’est à ce moment qu’il est crucial de commencer à supprimer les contrôles et à leur transmettre progressivement les responsabilités, au fur et à mesure qu’ils vieillissent et qu’ils apprennent à se comporter dans le monde numérique.

L’objectif devrait être que l’enfant entre dans l’adolescence en pleine possession de ses moyens, en ayant pleinement conscience des risques qui existent sur Internet et sache comment se protéger. Plus encore, on vise à ce que le jeune se sente calme et en confiance, sachant qu’il pourra parler à leurs parents si quelque chose les inquiète ou les met mal à l’aise. Pour y parvenir, le dialogue et l’accompagnement doivent commencer bien avant que l’enfant n’atteigne cet âge, dès le moment où il entre pour la première fois dans le monde numérique.

Quelle est la meilleure façon d’installer une application de contrôle parental?

Parental control

Pour faire du contrôle parental un outil utile à la fois aux parents et à leurs enfants, il faut qu’il s’agisse d’une forme de soins et non d’une forme de contrôle imposé. Une fois que vous avez choisi l’application qui correspond le mieux aux valeurs de votre famille, il est préférable de l’installer et de la configurer avec votre enfant. Avant de le faire, vous devez décider des règles de base entourant la consommation numérique de votre enfant, ainsi que de leurs responsabilités. Expliquez-leur que l’application de contrôle parental est un moyen pour maman et papa de s’occuper d’eux dans le monde numérique et que vous allez l’installer ensemble.

Voici quelques-unes des caractéristiques de base très utiles pour le contrôle parental, qui peuvent vous aider à protéger les enfants sans empiéter sur leur vie privée :

Application de contrôle : Des filtres basés sur l’âge sont appliqués, pour gérer les applications auxquelles l’enfant peut accéder et qu’il peut utiliser.

Contrôle d’accès Web : Ils bloquent les sites Web inappropriés en fonction de l’âge de l’enfant, à la fois individuellement et par catégorie.

Chronométrage du temps consacré au divertissement et aux jeux : Celles-ci fixent un nombre maximum d’heures pendant lesquelles l’enfant peut jouer sur son appareil. Elles gèrent également les moments de la journée où l’appareil est utilisé; par exemple en bloquant l’accès aux jeux et aux applications pendant les heures d’école ou au coucher.

Géolocalisation : Celles-ci vous permettent de vérifier l’emplacement de l’appareil à tout moment.

Rapports : Le but des rapports est d’informer les parents du comportement général de l’enfant sur Internet. Ceci vous permettra de décider quand le moment est venu de supprimer les contrôles. Ils incluent des métriques qui vous informent sur la façon dont l’enfant utilise l’appareil, comme le temps qu’il passe sur certaines applications, les périodes de temps, etc.

Enfin, ces rapports peuvent aussi être très utiles pour savoir quelles applications votre enfant utilise le plus, celles qu’il préfère. Connaître leurs goûts et leurs intérêts est un bon point de départ pour des conversations sur la prise en charge en ligne.

Remember, your child might have a better understanding than you of how an app works, or may be more adept at using the device in general, but you know more about what risks and dangers could be lying in wait for them. So what could be better than using the technology together, and being able to enjoy it safely?

Rappelez-vous, votre enfant peut avoir une meilleure compréhension que vous du fonctionnement d’une application, ou peut-être plus habile à utiliser l’appareil en général, mais vous en savez plus sur les risques et les dangers qui pourraient les guetter. Quoi de mieux que d’utiliser la technologie ensemble et d’en profiter en toute sécurité?

Que pensent les enfants de la sécurité en ligne?

Nous venons de discuter des manières de surveiller la technologie que nous fournissons à nos enfants, mais que pensent-ils eux-mêmes de la sécurité en ligne? Considèrent-ils qu’il s’agisse d’un sujet important? Quelles sont leurs principales craintes par rapport à Internet? Voilà quelques-unes des questions abordées dans le cadre d’une enquête menée par Digipadres et Argentina Cibersegura, visant à découvrir les opinions des enfants et à apprendre comment ils se sentent en sécurité sur Internet.

L’une des principales conclusions de cette enquête est qu’un enfant sur trois déclare avoir vécu une situation inconfortable sur Internet. Parallèlement, lorsque questionnés sur ce qu’ils craignent le plus d’Internet, les principales préoccupations étaient qu’une personne vole leurs mots de passe et se fasse passer pour eux, que des gens découvrent des informations personnelles les concernant, ou que des personnes envoient des photos d’eux à leurs contacts.

Un résultat susceptible d’intéresser particulièrement les parents est que plus de 50 % des enfants interrogés seraient prêts à discuter de sécurité et des situations qui pourraient survenir sur Internet.

Discussion